Les infos | Groupe axa

12 novembre 2015

Retour sur l’accord du 30 octobre 2015 sur les retraites complémentaires

Mise au point de la CGT AXA

Pourquoi les organisations syndicales n’annoncent-elles pas les mêmes chiffres ?

Vous avez été nombreux à nous interpeller sur les publications de la CGT traitant de l’accord sur les retraites complémentaires qui a été signé le 30 octobre dernier par les organisations patronales, la CFDT, la CFTC et la CGC.
En effet, la CGT écrit : « Au total la contribution des salariés actifs et retraités s’établirait à 95 % du besoin de financement contre 5 % pour le Medef : soit 5,7 milliards à la charge des salariés et retraités contre 300 millions pour le patronat. »
Pour sa part, la CFDT écrit : «  Alors que le patronat refusait, il y a encore quelques jours, toute augmentation de cotisation, il a cédé au cours des négociations et accepté un apport de 1,8 milliard d’euros en 2019 pour le nouveau régime. »

Alors, qui croire ?

La CFDT écrit : « La ressource liée à une augmentation de la cotisation (patronale) est de 800 millions d’euros »
Elle omet de préciser que, sur ces 800 millions, 500 millions seront pris en charge par l’état qui ira les chercher dans les caisses d’indemnisation des salariés en cas d’accident de travail ou de maladie professionnelle. Il ne s’agit donc pas de l’argent du patronat mais bel et bien d’argent qui était destiné aux salariés.

Pire, la CFDT écrit : « La fusion des régimes contribue en partie (1 milliard d’euros restant, donc) à l’apport total ». Selon la CFDT, l’argent cotisé par les salariés sur les caisses AGIRC et ARRCO devient, par un coup de baguette magique, la propriété du patronat !

Non ! La vérité, c’est celle que la CGT écrit, à savoir que seuls 300 millions d’euros sortiront des caisses du patronat quand les salariés paieront, eux, un montant de 5,7 milliards d’euros et partiront, en prime, un an plus tard en retraite !

La CGT propose ICI des solutions durables pour un bon niveau de retraite

Il est encore temps de se mobiliser pour les faire aboutir.