Les infos | Le + des Cadres

3 avril 2016

Accord sur les retraites complémentaires

Une note salée pour les futurs retraités

Jusqu’à 18 % de pertes ...

D’après la dernière étude du COR, « un cadre né en 1959, voulant partir à la retraite dès qu’il a cotisé suffisamment longtemps au régime de base, perdra environ 14,5 % de sa pension complémentaire ».

JPEG - 20.6 ko

Au fil des années et des générations, toujours selon cette étude, l’écart va se creuser. Pour un travailleur né en 1990, il faudra compter plus de 17 % de pertes pour les cadres et près de 18 % pour les autres salariés. Après l’extinction du malus, au bout de deux ans, une perte, plus faible, demeurera ( 4,5% pour un cadre de 1959 et 8% pour la génération 1990). Mathématiquement, le pouvoir d’achat des futurs retraités - en comparaison avec celui des aînés - va se réduire.

Les nouvelles mesures ont pour objectif d’inciter à travailler davantage. Ainsi, un salarié ayant atteint l’âge légal de la retraite, avec tous ses trimestres, devra travailler un an de plus - jusqu’à 63 ans - pour toucher la totalité de sa pension.
En cas de départ « anticipé », un malus de 10 % s’appliquera sur le montant de la pension pendant trois ans.
.

Un accord perdant / perdant toujours rejeté par la CGT

La mise en œuvre de cet accord signé par le patronat, la CFDT, la CFTC, et la CFE-CGC ne produira tous ses effets qu’à partir de 2019.

Il est encore temps de se mobiliser pour imposer des mesures alternatives de progrès et qui financent réellement nos systèmes de retraite.

A consulter en cliquant ICI le dossier complet et les propositions de l’UGICT CGT.