Les infos | Actualités Sociales

15 novembre 2018

blocages du 17 novembre

Augmentez les salaires !!!

Des appels à des blocages le 17 novembre circulent sur les réseaux sociaux, et nous sommes nombreux à en discuter. Celles et ceux qui veulent protester contre la hausse des prix du carburant ont raison. Les prix à la pompe ont augmenté de 15 à 25% en un an et le gouvernement annonce que les taxes vont continuer à augmenter tous les ans jusqu’en 2022.
Macron et le gouvernement parlent de « fiscalité écologique » pour justifier le racket qu’ils organisent. Mais les hausses des prix et des taxes sur les carburants ne serviront pas à lutter contre la pollution, tout comme la vignette auto dans le passé ou la suppression d’un jour férié n’ont pas amélioré la condition des personnes âgées.
La réalité, c’est que l’état fait payer les salariés et les plus pauvres pour financer les milliards d’euros qu’il apporte sur un plateau aux grosses entreprises, aux grands groupes et leurs actionnaires.
Un groupe comme Axa touche, directement ou via des baisses de cotisations, plusieurs dizaines de millions d’euros par an de l’état avec l’argent de nos impôts et des taxes qu’il nous fait payer.

Tous les prix augmentent !

Il n’y a pas que les prix des carburants qui flambent. Tout augmente : les loyers, le gaz, l’électricité, les mutuelles et assurances… mais pas les salaires !
Les salariés qui veulent utiliser le 17 novembre pour protester contre la vie chère ont raison. Cela peut être l’occasion de mettre sur la place publique la nécessité d’augmenter les salaires et, à minima, les indexer sur la hausse réelle des prix.
Macron a intérêt à ce qu’il y ait le moins de monde possible le 17 novembre. Quant aux patrons, eux ont intérêt à ce que les salariés se contentent de les appuyer, sans jamais mettre en avant l’augmentation des salaires !
Les prix n’augmentent pas grâce à l’opération du Saint-Esprit. Ce sont les grands groupes de la distribution, de l’agro-alimentaire, de l’habillement, de l’automobile, des assurances, des banques… qui augmentent les prix des produits et services commercialisés. Les patrons augmentent les prix, alors il faut qu’ils augmentent les salaires et que ceux-ci suivent à minima la hausse réelle des prix.

Face à l’augmentation des prix des carburants et de tous les prix, les salaires doivent augmenter !

Pour défendre notre pouvoir d’achat, nos conditions de vie, il n’y a qu’une seule solution : se mobiliser pour défendre nos intérêts.

Si la contestation prévue le 17 novembre prenait corps et si elle se développait, il est possible que le gouvernement cède une baisse des taxes sur les carburants pour les entreprises… et rien pour nous. Certains patrons routiers, chauffeurs de taxis ou ambulanciers privés, très mobilisés dans la journée de blocages du 17 novembre, y gagneraient… mais pas nous ! Pire, les concessions que le gouvernement ferait ainsi, il tenterait de les faire payer aux salariés, par des hausses de CSG sur les salaires ou les retraites par exemple.

Pour lutter efficacement contre la vie chère, il n’y a qu’une solution valable : augmenter les salaires. Et cela serait profitable à tous, y compris aux commerçants, artisans qui subissent aujourd’hui par contre-coup la baisse de notre pouvoir d’achat.

Oui, en tant que salariés, on a intérêt à obliger les patrons à prendre sur les profits pour augmenter nos salaires. Sans les salariés, rien ne tourne. Grâce à notre nombre et la place que nous occupons au sein des entreprises, nous avons les moyens de bloquer l’économie et de faire pression bien plus efficacement que des blocages d’autoroutes ou de stations-services un samedi.