Les infos | Groupe axa

12 décembre 2018

vendredi 14 décembre

Tout augmente sauf les salaires : ça suffit !

L’envolée des prix de nombreux produits indispensables à la consommation (Carburants +24%, fioul domestique +36%, produits frais alimentaires +6%...) conduit à une colère légitime.
En même temps, le gouvernement, comme ses prédécesseurs, a multiplié les cadeaux fiscaux aux plus riches, faisant suite aux nombreux allègements et autres aides aux grandes entreprises, dont AXA. C’est 200 milliards par an qui sont dilapidés dans ces aides et allègements qui n’ont pourtant pas d’impact positif pour l’emploi !

La détermination de dizaines de milliers de manifestants a fait un peu bouger le gouvernement, Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, allant jusqu’à appeler « les entreprises à augmenter les salaires face à l’urgence absolue » en demandant « qu’(elles) montrent l’exemple ». ( source bfmtv.com, 9 décembre 2018 )

Un message que la direction d’Axa ne semble pas avoir entendu. Alors que les négociations salariales au niveau Groupe viennent de s’ouvrir, voici ses premières orientations :

  • Non-cadres et les cadres non-optant : Augmentations Générales +0,8% et augmentations individuelles + 0,7%
  • Cadres classe 7 et optant classes 5 et 6 : Pas d’augmentation générale !!! et augmentations individuelles : +1,5%

Le tout alors que l’inflation attendue sur 2018 est de +1,9% (source INSEE, 11 décembre 2018). Faites vos comptes ! Et même si, dans un deuxième temps, la direction bouge un peu, ce ne sera rien.

Et la presse s’est faite l’écho que, dès à présent, la direction revoyait à la hausse la part des bénéfices nets reversée aux actionnaires : « l’assureur a donné à ses actionnaires de meilleurs espoirs de rémunération : le taux de distribution du dividende est désormais prévu dans une fourchette comprise entre 50% et 60% du bénéfice net, contre 45% et 55% jusqu’à présent. Cette nouvelle politique doit s’appliquer dès l’exercice 2018. » (source AFP Fil Eco du 28 novembre 2018 )

En 2017, les entreprises du CAC40, dont AXA, ont redistribué 44,3 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires. Ces sommes sont le fruit de notre travail et doivent servir à l’augmentation générale de nos salaires qui doivent suivre, à minima, la hausse des prix et du coût de la vie.

C’est dans les grandes entreprises que les salariés sont en position de force. Chez Axa, nous avons toutes les raisons d’exiger la hausse générale de nos salaires.

C’est pourquoi la CGT Axa appelle l’ensemble des salariés à se mettre en grève l’après-midi du vendredi 14 décembre et à participer aux manifestations unitaires