Axa France | Axa Particuliers et IARD Entreprises

25 avril 2014

CE Particuliers Professionnels Ile de France

Un bilan social 2013 bien négatif ... et 2014 ?

Les analyses et l’avis de la CGT Axa

Dans AXA France les périmètres sont en constante mutation. Depuis le redécoupage des périmètres C.E. en 2012 avec le départ du périmètre PP IDF des services règlements vers les Directions Centrales, la disparition en 2013 de la PFAC et le fort turnover enregistré chez nos collègues commerciaux nous ne pouvons avoir qu’une analyse partielle de la situation.

PNG - 71.2 ko

Malgré tout, les grandes tendances que nous pouvons dégager sur notre périmètre : baisse constante de l’effectif, une pyramide des âges en total déséquilibre et une masse salariale en baisse. Ces éléments mis en relation avec les plans d’action et la vie au quotidien dans les services nous amènent à constater qu’il est demandé de faire toujours plus, toujours mieux avec un effectif réduit et en fin de parcours l’espoir d’une hypothétique reconnaissance salariale.

A périmètre constant en 1 ans, 26 postes PA CDI ont disparus, 22 postes PC CDI et une stagnation du nombre de contrats CDD, apprentissage et professionnalisation.

Même constat sur les 5 régions Particuliers/Professionnels : moins 159 postes PA CDI moins 111 postes commerciaux et moins 36 CDD et autres contrats précaires. En deux ans, pas moins de 243 postes de commerciaux en France ont disparus.

Le manque d’embauche en CDI n’est pas sans conséquence sur la pyramide des âges. Si sur les deux populations réunies commerciaux et administratifs les plus de 50 ans représentent déjà 50% de l’effectif, sur la seule population administrative le pourcentage s’élève à 66% dont 42% a plus de 55 ans.

Sur l’effectif administratif, entre le TAR et les départ en retraite en 2014 : 25 départs sont déjà programmés et certainement beaucoup d’autres se feront connaitre sur l’exercice suite à la signature du nouvel accord TAR mais surtout face au « ras le bol » exprimé par nos collègues dans les services. Les conditions de travail conjuguées avec un quasi-gel des salaires sont source de démotivation.

Sans anticipation dans le remplacement des départs il ne peut y avoir transfert des savoirs et c’est un élément qui ne semble pas pris en considération par nos directions.

Concernant l’égalité professionnelle, l’entreprise avait pour ambition d’attirer les femmes dans les métiers commerciaux, démarche louable mais à ce jour le résultat n’est pas au rendez-vous, sur notre périmètre, 37% de femmes en 2012 et 34% en 2013. 28% des hommes sont inspecteurs contre seulement 11% des femmes et aucune évolution cette dernière année. La CGT insiste depuis fort longtemps sur la nécessité de permettre également aux femmes de faire carrière, il faut donc prendre des mesures adéquates et concrètes.

Sur le personnel administratif les femmes sont majoritairement représentées dans la population. L’effectif féminin CDI en activité et classé est de 56%.
Les chiffres présentés nous montrent que sur l’effectif global 32% de femmes et 37% d’hommes sont dans l’encadrement. Par contre seulement 57% des femmes sont cadres contre 87% des hommes.

En 2014 et malgré les accords d’entreprise sur l’égalité, nous sommes encore à nous battre pour que la femme soit reconnue dans la société au même titre que les hommes alors que cela devrait être une chose naturelle. L’entreprise AXA doit mettre tout en œuvre pour faciliter « la conciliation entre vie privée et vie professionnelle ». Cela relève de l’intérêt général ! Que ce soit tant pour le personnel commercial que pour le personnel administratif.

Quant aux rémunérations, nous pouvons constater que dans beaucoup de classes principalement les plus élevées, à compétences et qualifications égales, celles des femmes sont encore très largement inférieures à celles des hommes.

Sur l’ensemble des populations de notre périmètre, nous constatons une baisse de la masse salariale de 1.183.520 €. Sur l’ensemble des 5 régions à l’exception du Nord Est, même constatation.

Sur AXA France, la masse salariale n’augmente que d’à peine 500.000 €, soit un peu plus que la rémunération la plus importante enregistrée dans AXA France.
Pour nos collègues commerciaux « Chargés de Clientèle », certains salaires sont bien en deçà des 20.000 € bruts annuels, ce qui explique en grande partie les difficultés rencontrées pour le maintien à l’effectif.

Dans le contexte économique et social plus que déprimant pour l’emploi et compte tenu de la pyramide des âges de l’entreprise, la CGT interpelle à nouveau la direction pour effectuer enfin des recrutements en CDI en nombre suffisant, notamment pour les jeunes en alternance, en apprentissage ou stagiaires.

Ces derniers, ainsi que les CDD, contribuent aujourd’hui à résorber les charges de travail des salariés qui partent à la retraite ou en TAR et qui ne sont pas remplacés.

Face à ces constatations, la CGT émet un avis défavorable sur le bilan social, sur le rapport annuel de la situation comparée des hommes et des femmes ainsi que sur le rapport concernant l’évolution de l’emploi et des qualifications.